Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Charilogone Média

Le régime de N'Djamena au pouvoir sur le Tchad depuis le premier décembre 1990, fait face à des séries de tensions çà et là. De l'intérieur comme de l'extérieur, les pressions sont fortes et toutes convergent pour le départ du régime du Mouvement Patriotique du Salut (MPS).

Depuis les réélections contestées d’Idriss Deby Itno par l'ensemble de la classe politique tchadienne, le sultan d'Amdjarass vit une période difficile de son règne. D'abord paralysé par les soulèvements (grèves, tensions populaires...), de la société civile ( TropC'estTrop, Ça doit Changer, Justice ou Rien, Iyina, CaSuffit, Tamana, Collectif Tchadien Contre la Vie Chère...) et la greve sèche de la plate-forme intersyndicale (Union des Syndicats du Tchad UST, Syndicat des Enseignants du Tchad SET, Convention Libre des Travailleurs du Tchad CLTT, Syndicat National des Enseignants et Chercheurs du Supérieur SYNECS...

ET LES REBELLIONS QUI S'ORGANISENT !? 

Le premier trimestre de l'année 2018 fut bouleversant pour le pouvoir  en place au Tchad. Les frontières que le pays partage avec la Lybie sont aujourd'hui le fief des groupes de rebellions: Front pour l'Alternance et la Concorde au Tchad en abrégé FACT, dirigé par Mahamat Mahdi Ali, le FACT est une branche de l'ex-rébellion du général Mahamat Nouri, la fameuse Union de Forces pour la Démocratie et Développement (UFDD). La liste est longue, nous pouvons citer  le Conseil de Commandement Militaire pour le Salut de la République (CCMSR) dont dernièrement ses dirigeants étaient arrêtés au Niger puis transféré au Tchad sous l’œil impuissant de la communauté internationale. Leurs  ambitions, c’est de faire partir Idriss Déby, et nous allons user de tous les moyens légitimes,  cela peut aller jusqu'au conflit armé si nous n'avons pas d'autre choix que la violence, car jusque-là le processus électoral n'a aucun caractère transparent ni justeAffirme Mahdi. Il est claire que l'insurrection tchadienne contre le pouvoir d’Idriss Deby Itno a pris son envol, ce pendant en cas de génocides contre une minorité, la France sera tenue pour responsable par le simple fait qu'elle soutient un régime impopulaire et néglige le cri du bas peuple qui réclame une alternance !

Par: la rédaction #Charilogone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article