Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Charilogone Média

L’offre d’information écrite et de lecture, c’est-à-dire l’accès aux ouvrages, à la presse quotidienne (journaux quotidiens) et à la presse magazine (publications périodiques), représente un enjeu majeur dans les pays africains. Elle permet le passage de l’oralité à l’écriture. Le Tchad ne fait donc pas ainsi l’exception. Se situant en amont et en aval des politiques d’éducation ou d’alphabétisation, cette offre permet à chacun de s’instruire, de se former, de se cultiver, de se divertir et d’avoir l’opportunité d’une ouverture sur le monde.

En effet, la distribution commerciale du livre et de la presse est assurée par les maisons d’édition elles-mêmes, les maisons de diffusion par courtage, les librairies et aussi parfois par les auteurs eux-mêmes. Les infrastructures éditoriales tchadiennes ne couvrent pas les besoins nationaux. Combien y en a-t-il ?

La production nationale se heurte à de nombreuses difficultés dues à l’étroitesse du marché et à des facteurs tels que l’analphabétisme, la déperdition scolaire, le mode de vie communautaire, la civilisation de l’oralité, la faiblesse du pouvoir d’achat qui ne favorisent pas les habitudes de lecture.

Ces difficultés entraînent l’insuffisance de la production et la faiblesse des tirages, ce qui n’est pas de nature à encourager les auteurs qui reprochent aux éditeurs de ne pas rémunérer suffisamment leur travail (les 10%, beaucoup moins parfois, de droits d’auteur étant jugés insuffisants), ni à promouvoir leurs œuvres.

Existe- t- il un Syndicat patronal des Libraires et Papetiers professionnels au Tchad ? Ceux qui ont pour objectifs d’étudier et de défendre les intérêts généraux des membres dans toutes branches de leurs activités économique et sociale, d’étudier toutes les questions économiques, toutes réformes et innovations se rattachant à leur activité, de participer à l’élaboration de textes sociaux, et éventuellement de promouvoir la création de bibliothèques publiques.

Existe - t - il suffisamment des bibliothèques publiques et les bibliothèques spécialisées assurant la diffusion non commerciale du livre et de la presse au Tchad ?

En fin, les besoins de lecture et de communication écrite et autres encore sont immenses dans notre pays, et ne demandent qu’à être satisfaits. Il faudrait initier ou développer de véritables politiques d’éducation, de culture et d’alphabétisation et des projets de société lettrée pour pallier grandement les manques que nous avons notés.

C’est avec un coup de cœur triste que je suscite ces accrocs. Par tout et sur presque tous les plans, le Tchad est à la traîne mais pourquoi donc ? Nouvelle génération, dans l’unité travaillons pour le développement de ce beau pays.


Par : SOUGNABE KABE Evêché / Charilogone Média

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article