Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Charilogone Média

Ministres, hauts cadres, directeurs généraux, chefs de services et agents des ministères étaient présents à la cérémonie de fusion et de passation de service au sein du ministère des postes et de nouvelles technologies de l’information et de la communication.
 
Ce sont deux départements ministériels fusionnés : le ministère de la communication et celui des postes et nouvelles technologies de l’information et de la communication (MPNTIC). Suite au nouveau remaniement du gouvernement de PAHIMI Padacké Albert, le dimanche 24 décembre, Mme Madeleine ALINGUE dirigera ces deux portefeuilles. Le sortant Mahamat ALLAHOU TAHER déménage au ministère de la fonction publique, du travail et du dialogue social après un an et demi, à la tête du MPNTIC.
Selon la nouvelle ministre, beaucoup des défis restent à relever au niveau de deux départements. Entre autres : la réglementation des téléphonies mobiles (Airtel, Tigo et Salam) ; la redynamisation de la Société Tchadienne des Postes et de l’Epargne (STPE), le développement du secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) au Tchad. Cette fusion permettra également la coordination des organes suivants : ADETIC, ARCEP, STPE, ATPE, ONRTV etc. pour un meilleur résultat. Pour sa part Mahamat Allahou Taher, félicite son successeur qui dit-il « détient des qualités indéniables » pour mener à bien cette mission. Et d’ajouter que les TIC sont vecteurs de croissances économiques du Tchad, ce qui a toujours fait que le ministère demeurait une priorité pour les plus hautes instances gouvernementales.
Un remaniement de trop dans une situation de crise aigue!
Ce nouveau renouvellement de membres du gouvernement, semble être de trop. A en croire certains observateurs avertis de la scène politique tchadienne. Car si beaucoup d’entre eux sont ravi de la réduction du nombre des portes feuilles qui de 37 membres revient à 24. Il y a cependant dans ce remaniement de dérapages. A l’exemple du départ du professeur Ahmat Hassan, qui devait encore rester dans le gouvernement pour parachever sa politique de redressement du ministère de la justice. Hélas, nous sommes dans le pays paradoxal de Toumaî. Par contre la sortie du gouvernement du super flic de N’djamena Ahmat Bachir et du professeur Mackaye Hassan Taisso fut très acclamée par la population tchadienne. Pour le cas du désormais ex-ministre de l’enseignement supérieur, de l’innovation et de la recherche scientifique, les étudiants fêtent encore son départ du gouvernement. Car selon eux, Mackaye Hassan Taisso est la cause de leur malheur (suppression de la bourse, augmentation du montant des inscriptions à l’université, manipulation des membres de l’Union Nationale des Etudiants etc.).
Pour le cas de Madeleine ALINGUE dite MADO, la tâche sera dure car elle hérite deux ministères. Le deuxième étant le plus difficile à gérer car semble-t-il regorge les leaders syndicalistes les plus coriace du Tchad. Et surtout est l’un des ministères où il y a beaucoup des projets lourds. Mais comme disait un agent présent à la cérémonie, la jeune ministre pourra s’appuyer sur son père Jean Baweyé ALINGUE qui avait déjà dirigé ce portefeuille à son temps.
Affaire à suivre
Photo (Ministres entrant et sortant, encadrent la SGG)
 
Charilogone Media
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article