Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Charilogone Média

"L’histoire des pandémies dans le monde a montré que la contamination reprend pendant les périodes de reprise des activités. C’est pourquoi j’invite nos concitoyens, en particulier les jeunes à la vigilance et à s’engager davantage pour contenir la Covid 19 dans notre pays, le Tchad" dixit Kemba Didah Alain, Coordinateur National du Comité des Jeunes Anti-Covid-19 (CJAC). 

Crédit Photo Denis Gueipeur
Kemba Didah Alain / Crédit Photo Denis Gueipeur

 

Le CJAC, est cette structure qui  sans moyens, ni apport, mais avec juste de la volonté  ferme d'aider son prochain, s'est engagé à la première heure pour mener des actions de sensibilisation, d'information et de communication sur les mesures de protection et de prévention contre la Covid-19 au Tchad. Faisant souvent du porte à porte dans les carrés,  quartiers/villages, arrondissements, villes du Tchad, CJAC a su donner le meilleur de soi a travers des jeunes volontaire bénévoles pour contrer la propagation de la pandémie de corona virus au Tchad. Une telle initiative avant-gardiste, mérite le respect de tous et surtout à ceux qui ont été à l'éclosion notamment : Djoret Biaka TEDANG, Kally Mahamat, Mme Demba Kerio, N2A, Tokama Kemaye...

Par la voix de leur représentant national M. Kemba Didah Alain, par ailleurs rapporteur national du Mouvement "Tournons la Page" et Coordinateur du Centre d’Etudes pour le Développement et la Prévention de l’Extrémisme. Suivez l'itinéraire de cette structure dynamique créée par les jeunes conscients.

 

Présentez-nous votre structure et ses objectifs

 

La pandémie du Coronavirus est un véritable problème de santé publique. Le Tchad à l'instar des autres pays du monde n'est pas épargné par les effets de cette crise sanitaire de portée mondiale. La situation épidémiologique était de plus en plus inquiétante en raison de la propagation grandissante et de la prévalence élevée du Covid-19. En effet, malgré des efforts déployés par le gouvernement tchadien et ses partenaires (techniques et financiers) pour en venir à bout de cette maladie, d’importantes actions restent à fournir pour réduire la propagation, la morbidité et la mortalité liées à la maladie. 

 Le système tchadien de santé publique, il faut le rappeler, est un système encore perfectible. C'est dans ce contexte que conscients de l'ampleur et de la gravité du problème, une proposition d’une prise en charge communautaire de certaines dimensions de la gestion de la pandémie a été lancée sur les réseaux sociaux le 2 mai 2020 sous le thème « Prenons-nous en main au travers des Comité des Jeunes Anti-Covid19 (CJAC) » par quartier (dans les villes) et villages. Elle a été très bien accueillie par les jeunes et plusieurs dizaines de jeunes se sont portés volontaires pour constituer ces Comités dans les quartiers de la capitale et dans les autres villes du pays. Il s’agit donc d’une initiative citoyenne spontanée aujourd’hui présente dans 15 provinces du pays et 31 quartiers de N’Djamena.

L’objectif de l’initiative est de sensibiliser à la mise en œuvre des mesures barrières dans les communautés et  les quartiers. La sensibilisation touche toutes les couches, allant des enfants, des femmes, des personnes âgées, etc. Sensibiliser au recours aux centres spécialisés et l’appui à la détection des cas, en étant des vecteurs pour l’identification des personnes ressources, des personnes contacts, ou des personnes suspectes de cas de Covid 19 et la sensibilisation contre l’automédication;  Surveiller et dénoncer aux Autorités (chef de carré, délégué de quartier, etc.) le non-respect des mesures barrières, notamment les regroupements interdits (mariage, place mortuaire, matchs, etc.) ainsi que les prescriptions liées à la prise en charge des malades et des décès ; Appuyer les personnes vulnérables : vieillards, mendiants, enfants de la rue du quartier, etc. notamment en masques, en nourritures, etc. Et enfin assainir les quartiers dans un contexte de saison des pluies prochaines qui va ajouter à la pandémie la prolifération des cas de paludisme ;  

 

Au regard de la noble mission assignée à votre structure, quel bilan peut-on retenir en termes des activités réalisées ?

 

Il est très tôt pour nous, de faire le bilan, du fait que la Covid 19 n’est pas encore derrière nous, même si l’on constate une baisse remarquable du taux de propagation dans notre pays. 

Bientôt deux mois d’existence et d’intenses activités, les jeunes du CJAC ont fait un travail formidable. Ils sont partout au Tchad, au total dans 15 provinces du pays y compris N’Djamena où ils sont organisés par vingtaine dans  31 quartiers.  La coordination nationale a mobilisé environ cinq millions de FCFA grâce aux dons des volontaires et du gouvernement qui a appuyé à hauteur d’un million, des dons qui ont permis de doter des kits de protection (gels de poche, masques, gants, brassards, etc) tous ces jeunes volontaires qui se mobilisent sur le terrain afin d’accompagner le corps soignant et les partenaires impliqués dans la lutte contre la propagation de cette maladie. Nous avons aussi pu, grâce à ses ressources mobilisées, former les jeunes sur la prévention contre la Covid 19 et renforcer leur capacité en technique de sensibilisation ainsi que la maitrise de soi. Grace à l’appui des parrains, des partenaires et autres bonnes volontés, plus de 60.000 masques de protection ont été distribués accompagnés des boules de savon, des sacs de riz et bien d’autres kits alimentaires aux personnes vulnérables dans ce contexte difficile en ce temps de crise. Très récemment, en prélude à la réouverture des écoles et lieux de culte, nous avons installés des kits de lavage des mains dans les Etablissements scolaires et procéder à la désinfection, à N’Djamena et aussi, nous appuyons les responsables religieux dans le respect des mesures barrières pendant les cultes dans les mosquées et églises.

 

Quelles sont les difficultés rencontrées dans la réalisation de vos activités ?

Les difficultés sur le terrain n’ont pas manqué. Déjà que vous constatez avec moi que nous sommes limités par les moyens tant financiers que matériels et aussi techniques. Du coup, il est difficile pour nous de mener à bien les activités contenues dans le plan d’action reparties sur trois grandes activités en l’occurrence, l’équipement et renouvellement des kits des volontaires ; le renforcement de capacité des volontaires et la communication, sensibilisation et diffusion des activités. Ensuite, au niveau de la formation, une sollicitation a été émise pour un appui du Comité National de Gestion de la Riposte, cependant, c’est regrettable que nous n’avons pas reçu une suite. La difficulté majeure se trouve au niveau du renouvellement  des kits de protection des volontaires compte tenu de nos moyens limités. Toutefois, nous nous efforçons de répondre au besoin des volontaires selon les possibilités existantes.

C’est l’occasion aussi pour moi de réitérer notre disponibilité à collaborer avec toutes les structures disposées à travailler dans la limitation de la propagation de cette maladie dans notre pays. Nous sommes une structure de terrain avec actuellement 1528 volontaires repartis sur 15 provinces du pays. 

 

En guise de mot de la fin, quels sont vos projets et votre message à la population tchadienne surtout la tranche  jeune ?

A l’immédiat, en termes de projet, nous comptons mener une mission de supervision dans 6 villes du pays (Bongor, Moundou, Doba, Koumra, Sarh et Kyabé) dans un premier temps, ensuite le reste des villes suivra. Cette mission permettra d’évaluer les activités de ces CJAC installés dans ces villes, mais aussi de renforcer la capacité de ces jeunes volontaires en prévention contre la Covid 19 et leur capacité en technique de sensibilisation. Ce projet entre dans la volonté partagée des CJAC de maintenir la dynamique mise en place afin d’aider à répondre à d’autres défis auxquels fait face la société tchadienne, à l’exemple des problèmes de salubrité dans les quartiers. 

Je voudrais saluer et remercier les bonnes volontés qui nous appuient dans l’exécution de notre plan d’action depuis le lancement de nos activités, qui s’élève à 36 265 500 FCFA pour six mois, mais lancer aussi un appel au soutien à d’autres bonne volontés ou institutions pour nous aider dans notre mission.  

Pour terminer, je réitère mon appel au respect des mesures barrières édictées par les autorités sanitaires, malgré la baisse du taux de contamination dans notre pays. L’histoire des pandémies dans le monde a montré que la contamination reprend pendant les périodes de reprise des activités. C’est pourquoi j’invite nos concitoyens, en particulier les jeunes à la vigilance et à s’engager davantage pour contenir la Covid 19 dans notre pays, le Tchad.

Propos reccueillis par: Ouganda TANGUE/ Rédaction/ Magazine Charilogone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :