Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Charilogone Média

Le village Birach est situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Moussoro, chef-lieu de la province du Barh El Gazal. Il fait partie intégrale de la sous-préfecture de Moussoro rural. Ce samedi, 13 Février 2021, l’équipe des journalistes, les représentants de l’ONG OXFAM et AIDER et la Déléguée provinciale de l’Action Sociale du Barh El Gazal, ont pris part à une rencontre d’échange avec les membres de la communauté du village. 

Les habitants du village Birach dans le Barh El Gazal


Au menu des échanges : les difficultés liées à la protection sociale des communautés du village Birach. Il en ressort de cette séance que, les principaux produits alimentaires de base pour les habitants de Birach sont : le maïs, le sorgho et le riz etc. mais compte tenu de la mauvaise pluviométrie, la production agricole est médiocre, renseignent les représentants des communautés du village présents à la rencontre.
Selon ces derniers, les activités agricoles à Birach sont pratiquées uniquement qu’en saison de pluie. Mais toujours est-il que, la localité étant un endroit de pâturage, il est difficile d’avoir une bonne récolte à cause des bétails qui détruisent les champs.  
Ainsi, il est impossible pour les habitants de se nourrir convenablement car disent-ils, la production est souvent de 4 à 5 sacs de mil par ménage alors qu’un ménage moyen consomme plus de douze sacs de mil annuellement.  C’est d’ailleurs, ce qui oblige les communautés à s’approvisionner à Moussoro malgré les coûts de transports très élevés. 

Les habitants du village Birach dans le Barh El Gazal


Birach, un village à gros déficit céréalier et animalier malgré la disponibilité de ressources en bétails.
Les membres de communautés de Birach sont de tradition, éleveurs depuis plusieurs générations. Malgré les ressources en tètes de bétails, la situation sociale des habitants reste précaire car il s’agit d’un élevage de prestige. En effet, cette rencontre a permis de comprendre que la communauté est confrontée à beaucoup de difficultés : aucune véritable structure sanitaire (un centre de santé sans local, non équipé, ni produits pharmaceutiques), au niveau éducatif (une seule école primaire avec aucun enseignant qualifié), 90% des habitants du village ne mangent pas à leur faim… 
Cependant, les habitants au cours de cette rencontre ont formulés de propositions à l’endroit du pouvoir public et les partenaires sociaux, entre autres : leur volonté de pratiquer la culture maraichère pour la production des légumes et fruits et aussi la culture des plantes (d’origine libyenne), très nutritives pour l’alimentation des bétails, pouvant ainsi booster la production des laits. Pour cela, les habitants souhaitent être soutenus dans la construction des clôtures et la dotation de forage pour les périmètres de maraichage.
Par: Ouganda TANGUE, envoyé spécial.

Les habitants du village Birach dans le Barh El Gazal

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :