Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Charilogone Média

Dans un poème sans rime intitulé  « L’INVISIBLE MORTEL » dont l’essence perce la sensibilité, l’Administrateur rompue, homme de plume, M. LEBINE, ancien Maire de la Commune de N'Djamena, rend un hommage à tous ceux qui ont casé leur pipe  de suite de la pandémie à Covid-19 et aborde le mystère de la mort. 
Poème
L’INVISIBLE MORTEL
Dans ce monde, dans cette Afrique l’histoire ne se raconte que sous forme de légende lointaine. Le plus souvent, la mort, ceux qui  meurent  en masse par suite d’une guerre, d’une pandémie ou de toute autre cause naturelle mais non par enchantement, des jours, des  mois, des années après des années voire  des siècles tout est oublié.
Quand il s’agit de déplorer les disparus, les causes sont connues mais personne ne peut rien contre. De désolation en pleurs, le monde se résigne et continue la vie. Cette fois ci, fatalité oblige, il  est  accepté que tout être qui passe par la vie tombe dans l’au-delà.
Pas de remède contre la mort. Elle arrive sans prévenir, sans crier garde, invisible mais on l’imagine qu’elle a une couronne et un nom  commun, virus. Comme un footballeur, il porte un numéro, il porte un numéro, le 19, chiffre qui s’approche toujours au néant, l’extrême de quelque chose.
Cette pandémie n’a ni queue ni tête ni forme descriptible. L’invisible, on peut l’imaginer rond, ovale, a-t-il des tentacules ? Dans  ailes ?des pattes ? Ou des yeux ?
Tu nous tiens à distance les uns des autres.
Méchant, sévère corona, tu emportes tous ceux qui sont sur ton chemin.
Pour moi et les autres qui respirons encore l’air dans ce monde, sommes épargnés par Dieu le tout puissant. La fatalité, nous y croyons. Covid-19, tu n’as été que cause de la mort des disparus, mais pas un acteur.
A la mémoire de tous les disparus plus particulièrement à toi,
Cher FATHY !
Cher aimé de tous qui t’ont connu.
PAR: M. OUMAR ABDALLAH LEBINE

OUMAR ABDALLAH LEBINE, EX. Maire de la ville de N’Djamena

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article