Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Charilogone Média

"Les élèves se déversent dans les activités génératrices des revenus tous azimuts.  Ils se préoccupent de la vente d'articles divers.  Ils sont également exploiter par leurs parents pour la vente d'articles et d'alcool traditionnel" dixit M. Djimrassem Thalès
L'evrivain et enseignant-chercheur en science de l'éducation Djimrassem Thalès, a animé une conférence de presse, ce samedi 15 Mai 2021 pour tirer la sonnette d'alarme sur la situation actuelle du système éducatif tchadien. 
M. Djimrassem Thalès affirme "Il faut rappeler que depuis la mort du président Idriss Déby Itno, les élèves des écoles publiques sont à la maison puisque le syndicat des enseignants exige un minium de sécurité avant la réprise des cours.  Ainsi, les élèves se déversent dans les activités génératrices des revenus tous azimuts.  Ils se préoccupent de la vente d'articles divers.  Ils sont également exploiter par leurs parents pour la vente d'articles et d'alcool traditionnel.  Il découle de ce qui suit que les élèves suspendent leur contrat avec les cahiers, les livres et les bibliothèques.  

Finalement, il y a une sorte de dégoût pour les élėves de reprendre le chemin de l'école.  Il y a pas donc de continuité pédagogique.  Entre temps, les écoles privées fonctionnent normalement.  Cependant, l'objet premier de cette conférence de presse consiste à oser faire d'une part'le bilan du système éducatif tchadien.  D'autre part, il est question de faire de perspectives quant à l'avenir.  Ainsi, au chapitre de bilan.  il faut reconnaître que sous la gouvernance du MPS avec le Feu Idriss Déby Itno.  le systėme éducatif tchadien est dans un état de détérioration, de décadence pour ne pas dire de décomposition.  Nous sommes actuellement dans une situation similaire au requiem de l'école tchadienne.  

Pratiquement.  sous le Feu Idriss Déby Itno, nous assistons à des nominations sur des bases poitiques, régionalistes ou par de parrainage.  L'expérience, la compétence et le sens du travail bien fait ne sont pas des critères de promotion.  Au nom du bilinguisme, on assiste à des nominations ressemblant à la parité géographique ou linguistique.  

L'administration scolaire est fortement politisée.  Les personnes habilitées et les techniciens sont abandonnés au profit de certains militants des partis politiques alliés ou du parti au pouvoir.  Etant donné qu'ils ne sont pas des techniciens ou des personnes de ressources, les responsables nommés sur des tendances subjectives n'initient aucune aetivité Pour être directeur ou directrice d'école, proviseur, eenseur.  délégué de l'éducation et tant d'autres, il faut une apparténance politique ou être parraine.

 C'est de cette manière que la plupart des responsables à tous les niveaux ont été nommés.  Au niveau des réformes, on assiste à des lécisions bancales.  II y a le passage direct dans les classes de CPI.  CEI et CMI ainsi que de la classe de béme, l'élève est directement.
Par: Ouganda TANGUE.
 

M. Djimrassem Thalès (à droite)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :