Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Charilogone Média

UBA (UNITED BANK of AFRICA)

Le mercredi 22 septembre 2021 au Palais de Justice de N'Djamena, l'association "Les Marie de Nagdala" par le biais de son avocat Me Ngartoïzo Florent réclame devant le tribunal civil,
à la banque UBA Tchad, plusieurs dizaines de millions de FCFA de dommages et intérêts. L'association Les Marie de Magdalah a gagné le procès face à la banque UBA Tchad a l'issue de la délibération en date du 29 septembre2021. 
L'association "Les Maries de Magdalah", est une structure qui s'occupe des œuvres de bienfaisances en faveur des couches vulnérables notamment les enfants orphelins et les filles- mères.
A cet effet, l'association avait bénéficié des dons d'un bienfaiteur pour la réalisation des actions d'aides aux orphelins et filles-mères. Ainsi, la coordinatrice à ouvert un compte à la banque UBA pour le besoin de cause, sous le numéro bancaire 703060230 en date du 1er Juin 2020. Aussitôt, un donateur anonyme avait effectué un virement de cent (100) euro puis un autre depuis l'Europe de quatre cent  (400) euros. Ces deux (2) virements n'ont connu aucun problème quand à la jouissance par la bénéficiaire étant l'association "Les Marie de Magdala". 

Mme Abigael MANKOR dite Maman Abigaïl, La coordinatrice de l'association

Ce pendant, les choses sont devenues compliquées à partir du virement d'un montant de six milles cinq cent (6 500) euros environ quatre millions deux cents vingt cinq mille (4. 225. 000F)  au mois de septembre 2020. 
La coordinatrice de l'association a été rassuré par le gestionnaire du compte de UBA Tchad, du virement effectif depuis l'Europe et qu'elle devait patienter afin d'entrer en jouissance du fonds. 
Finalement l'attente fut très longue et ce, malgré plusieurs démarches effectuées par la coordinatrice. Le gestionnaire lui signifiera après  que la somme en question ne serait pas destinée à l'association "Les Maries de Magdalah" mais plutôt que à High Leader (qui ne figure aucunement sur le registre des associations au Tchad, détenu au ministère de l'intérieur). 
La partie civile, requiert cinquante millions de FCFA pour dommages et intérêts et dix millions de FCFA doivent être versés urgemment pour la relance des activités de l'association qui selon le conseil, n'a reçu depuis cette procédure aucune aide ou assistance. L'association Les Marie de Magdala, risque de disparaitre plaident les avocats.
Par: O. T

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :